[Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

[Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

Message par Antoinedu21 » 26 Août 2013, 13:25

Le général Kerthius soupira et regarda le lieutenant Fitch avec un regard las mais autoritaire.
-Vous pouvez me répéter, ça?
-Ils l'ont détruit monsieur, ils y montaient la garde et suite à un accident malheureux, une histoire d'un navet noirci au lavage et d'un vol involontaire de béquille il paraîtrait, et bien il y a eu la zizannie et on a perdu l'avant poste Nord, bien que peu utile il a bien coûté une fortune en bois pour y monter un guet, et le pavillon a été brûlé avec ça.
-Ce n'est pas possible.. soupira le commandeur en appuyant son front à sa main ouverte.
-Vous voulez que je répète mon général? si la troisième fois n'a pas suffit je suis payé à vous obéir.
Le général lui lança un regard noir et haineux sur quoi le Lieutenant qui se tenait droit par respect flanchit et se ramollit comme un bout de fer chauffé à blanc.
-Oh... heu de toute façon j'avais du linge à triller, bonne journée mon général!
Il inclina la tête en avant en posant sa main sur la poitrine -c'est comme ça que l'on saluait les supérieurs ici bien que bien des soldats en eurent attrapé un torticoli, les traditions vous voyez...- puis tourna les talons et s'en alla.
Kerthius s'empara d'un air désolé du rapport remit par le lieutennant et sans même l'ouvrir, comme poussé par une lourde appréhension et une peur de ce qui pouvait y être inscrit il le lança dans les flammes d'un braséro qui éclairait la pièce plus loin de ses petites flammes vives.
-Sergent Eguer!
Une tête apparut de l'extérieur du bureau avec un air craintif.
-Convoquez moi Stick!
-Mais mon général...
-Et que ça saute!
-Sauf votre respect mon général, c'est jusque je dois de l'argent à Hurt suite à un pari et je....
-Je ne veux pas savoir ce que vous faite de l'argent qu'on vous donne, éxécution!
~En effet il y a de ça une semaine Eguer avait parié à Hurt, barbare membre de la compagnie Stick que jamais il ne pourrais toucher le célèbre poète qui trainait en ville escorté d'un bon nombre de fans et de mademoiselles qui faisait rempart. Ce qu'il fit de son poing après avoir piétiné nombre de ses adeptes, le poète a mit fin à son art et Hurt a gagné 50 pièces, et il n'aime pas attendre.~
Une fois Eguer parti Kerthius rangea son bureau de manière impulsive pour calmer sa nervosité. Nerveux? il était le général pourquoi craindre la venue d'un simple capitaine? Parce que ce capitaine c'était le Capitaine Stick.
Antoinedu21
Modérateur Eolien
 
Message(s) : 1262
Inscription : 11 Août 2011, 11:53

Re: [Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

Message par yorh » 29 Août 2013, 15:35

Le Sergent Eguer tenta de se glisser doucement et sans bruit dans la tente, affichant l'air le plus soumis possible. Malheureusement, Eguer n'avait jamais réellement compris comment manier ses jambes, si bien qu'il s'empêtra dans la toile d'entrée et faillit faire s'écrouler la tente entière en se cognant contre un poteau.
Kerthius se pencha au-dessus de son bureau pour contempler Eguer d'un œil exprimant plus l'apitoiement que la colère.

-Ouiiii sergent ?

le soldat se redressa laborieusement et fit tomber son casque en effectuant le salut réglementaire. casque qui écrasa bien sûr la main du général, celui-ci ayant eu l'inadvertance de la laisser traîner sur le bureau.

-Eh bien... C'est le capitaine Stick mon général... Il dit qu'il ne veut pas venir.

kerthius écarquilla les yeux à cette nouvelle lubie du fameux capitaine Stick. Pas qu'il soit spécialement surpris mais il avait tout de même gardé l'habitude d'hausser les sourcils ainsi à chaque fois qu'on lui parlait des décisions et actions du vétéran légendaire, Stick : avec lui l'étonnement et la surprise devenaient chose tellement courante que les plans de batailles devaient être établis selon le paramètre aléatoire "Stick" qui pouvait aller jusqu'à ravager le tiers des troupes. Souvent les archers, il ne pouvait pas voir en plus de trois couleurs les archers : gris vert et rouge, la peau grisâtre d'un cadavre baignant dans son sang dans l'herbe verte.
Il est d'ailleurs à noter qui si le capitaine Stick était devenu un vétéran légendaire, c'était parce que personne ne pouvait s'expliquer le nombre de champs de batailles dont il avait réussit à sortir vivant. Il avait même réussit à survivre à une guerre deux continents plus loin et dont l'empire avait simplement eu de vagues échos. Nul ne savait pourquoi le capitaine s'était trouvé sur ce continent, pourquoi il était maintenant haït là-bas ni même comment il en était revenu, en réalité, lui-même n'en avait aucune idée : le fait était là vu que les deux camps impliqués dans cette guerre avaient fait parvenir des courriers incendiaires à l'empereur pour que celui ci veille à ce que Stick ne quitte plus jamais le pays.

En d'autres termes, un sacré phénomène ce vieux fou.

-Il ne veut pas venir ? Mais pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, aux dernières nouvelles il fait toujours partie de l'armée et il doit donc obéir à son supérieur.

Le calme olympien du général était en quelque sorte l’œil du cyclone dévastateur qu'était le capitaine Stick. Kerthius connaissait un caractère explosif et maniaque qui, il faut bien l'avouer, était pour quelque chose dans la grandeur des troupes sous son commandement. En revanche, si jamais le sujet de conversation finissait par se porter sur Stick, l'ouragan qui faisait plier tous les soldats se muait en un calme qui bouchait légèrement les oreilles à cause du manque de pression externe. sûrement un système de survie instinctif qu'avait mis en place son cervelet pour éviter au cœur une explosion par surrégime.

Eguer en revanche restait craintif en toutes situations. Il devait probablement descendre d'une famille d'opossum d'un côté et de soubrettes de l'autre.

-Il... Il dit que certes la loi veut qu'il obéisse au commandement militaire mais qu'elle interdit clairement le vol.

Le général prit une longue inspiration.

-Et donc ?

-Et donc... ça va pas vous plaire mons.. Mon général, se reprit il en vitesse, mais il a dit que vous étiez qu'un sale voleur et qu'il savait qu'à cause de quelques accidents dus au hasard vous... s'il vous plaît arrêtez de me regarder comme ça, ça me met mal à l'aise... vous alliez en profiter pour encore essayer de lui voler de l'argent.

-Lui voler de l'argent ? Il veut probablement parler des retenues sur sa solde.

-Oui, voila, il m'a fortement postillonné qu'il était inadmissible que ses hommes se voient soutirer le fruit de leur dur labeur. Ce sont ses mots mon général, mais je crois qu'il les avait préparé à l'avance. Il a dit qu'il était entré dans les forces de l'ordre et y avait investis tout son honneur justement pour que des... des... ce sont ses mots exactes mon général... ses mots à lui... notez qu' que je suis persuadé qu'il n'en pensait pas une lettre et que...

le calme olympien commençait à quitter l'air antique.

-Veuillez abréger et me rapporter ses paroles exactes sergent Eguer.

-Oui mon seigneur, il a dit qu'il y avait investis tout son honneur justement pour que des... des rascasses arrivistes et cupides comme vous se voient stoppés dans leur exploitation continuelle des petits-gens, sans vouloir offenser le soldat cuisinier Baltimore Trouventreux.

Le dos de Kerthius se voûta légèrement tandis que ses mains se joignaient devant son visage. Une longue inspiration accompagna un regard de rapace ayant repéré une victime potentielle pour se défouler un peu.
S'en fut trop pour les gènes d'Eguer, gènes qui s'exprimèrent tout d'un coup et le firent s'écrouler au sol simulant la mort. La branche opossum devait être plus fournie que la branche soubrette.
Le général soupira longuement.

-Sergent Maillard ! veuillez m'envoyez votre colin votre second, qu'il emmène Eguer à l'infirmerie, il s'est encore évanouis. Quant à vous, veuillez aller me chercher le capitaine Stick.

Dix minutes et un comateux déplacé plus tard, le sergent Maillard se présenta de nouveau à l'entrée de la tente.

-pourquoi avez vous donc pris autant de temps à revenir sergent ?
-Je me suis quelque peu perdu mon général.
Kerthius fixa longuement le soldat ayant probablement le plus mauvais sens de l'orientation ayant jamais existé.

-et donc ?
-Le capitaine Stick refuse de se soumettre à l'outrageuse autorité dégradante et corrompu dont vous faîtes usage pour soutirer l'argent de ses soldats, que c'est comme si vous osiez racketter ses enfants. Je vous épargne les postillons.

-Retournez le voir et dites lui que lui touchera sa paye mais pas ses recrues.

Et Stick vint voir le général cette fois ci.
What the hell dude ?
Avatar de l’utilisateur
yorh
Duc
 
Message(s) : 1766
Inscription : 27 Avr 2011, 19:32
Localisation : aproximativement ? pas loin...

Re: [Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

Message par Antoinedu21 » 31 Août 2013, 10:35

Tandis que Kerthius avait rangé et classé parfaitement les affaires qui trônaient sur son bureau, rentrèrent bruyament dans la tente, le Capitaine Stick escorté par, à sa droite un immense barbare qui en passant devant le poste manquant de Eguer, le poing sérré, renifla tel un taureau, et à sa gauche un hobbit dodu ne portant aucun armement, mis à part sa cotte de maille cachée sous son chemisier, fumant la pipe, une main dans une poche et admirant nonchalemment le haut de la tente.

-Veuillez approcher... Stick. D'un geste de la main il signala à ses deux soldats de s'en aller, ce que fit d'abord le hobbit en haussant les épaules puis le Barbare après avoir balayé du regard les lieux cherchant Eguer probablement caché dans la tente.

Stick approcha promptement sur les deux cannes qui lui servaient de jambes en jouant de sa béquille, il arrêta son trajet quand son imposant ventre eu touché le bord du bureau du général. Il gratta sa barbe blanche hirsute et se racla la gorge.

-Kerthius vous me faites honte ! A moi et à ma compagnie ! ruiner vos soldats pour vous avoir servi en toute loyauté! Si l'injustice avait un visage je suis certain qu'elle porterait un masque du votre !
- Ne vous ai-je pas dit que vous serrez payé ce mois ci comme les autres?
- Ou peut-être celui du visage du commandant Trenk tout compte fait.
- Maintenant silence ! Capitaine, je vous signale que cette année c'est la troisième fois que vous échouez ou faites capoter un ordre de mission pourtant simplissime ! Vous deviez seulement surveiller cet avant poste au cas où un messager où une armée y parviendrait ! Nous sommes en guerre Stick ! en guerre !
- J'ose espérer que vous plaisantez ! En guerre ? Des guerres j'en ai connu bien plus que vous mon gaillard et si j'avais encore deux jambes valides, ce siège ce serait mon douloureux fessier qui y trônerait ! Je ne suis pas sûr que vous sachiez ce qu'est une vraie guerre Kerthius !

Kerthius passsa sa tête dans ses mains puis il redressa son regard vers les postillions que lui envoyait avec colère le vieux militaire dans son dynamique monologue.

- Oui oui oui ! fit-il pour le stopper. Le problème est, Stick, que nous avons besoin d'une armée valide. ET vous et votre compagnie êtes tout, sauf valide, Stick!
- Pas valide ma compagnie ? pas valide ?! Deux semaines que l'on a gardé loyalement et avec assiduité ce poste et vous osez me dire que mes gars ne sont pas valides !

Sous les assaults répétés de salive envoyée par salve, le général se frotta les tempes encore une fois avec un rictus de tristesse mêlé à de l'agacement.

- Cet avant poste vous l'avez détruit Stick ! Démoli !, finit-il par beugler en se levant de sa chaise, il y a un mois vous avez tué le commandant Charvard alors que vous l'escortiez !
- C'est un accident ! demandez à mes gars ! on n'y peut rien si ce navet n'était plus de toute fraicheur !
- Peu importe Stick je ne veux plus vous entendre ! Si cela continue je vais nommer toute votre compagnie à l'épluchage de patates jusqu'au restant de leur vie ! et vous aussi lorsque je vous aurai fait tomber ces jalons de capitaine qui trônent sur vos épaules.
- Moi ? moi soldat ? Je suis ici depuis le double de vous mon gaillard ! et me faire dégrader c'est la pire chose que vous puissiez faire ! Au grand jamais je ne serai réduit, moi Archibald Stick, au grade de soldat vous m'entendez !
- Vous préférez le billot ?
- J'ai connu bien pire !

Le général se calma et puis comme à son habitude lorsqu'il était nerveux ou enervé il se frotta les tempes et repris avec un faux air apparent de sérénité:

- Bon.... Stick, je laisse à votre compagnie une dernière chance... il y a, plus à l'Est, un village non loin duquel est dressé un guet, je vais vous envoyer, vous et vos hommes, là-bas, ainsi que la nouvelle recrue, le soldat Binocle, je vous charge de sa sécurité ainsi que celle du village. Je veux que vous partiez demain, compris? Je vous ferai parvenir dans la journée les ordres de missions et si j'entensd que le village, le guet, ou le néophite ont été détruits...
- Tué dans le dernier cas.
Fermant les yeux comme pour canaliser sa colère, il continua calmement :
- Et bien vous et votre compagnie serez alors nommés à l'épluchure de patates, bien entendu vous en resterez le capitaine, perdrez tout votre honneur comm vous avez perdu vos jambes, et serez payés avec les épluchures que vous laisserez.
Stick se frotta le nez en reniflant avec un un air circonspect.
- Ai-je été assez clair ?
- Peut-être trop mon général.
- Maintenant allez vous en prévenir vos soldats et je ne veux plus vous voir tant que cette mission ne se sera pas soldée soit par un echec qui vous serait malheureux, soit par un joyeuse réussite qui vous sera récompensé.
A ces mots, le Capitaine quitta la tente en tapant de ses cannes le sol sans même saluer le général.

A la sortie, attendaient le barbare, Hurt, qui avait récupéré Eguer sur le chemin du retour de l'infirmerie -qu'il ne tarderait pas à rejoindre à nouveau- et le hobbit, Baltimore, toujours fumant couché sur le talus du chemin. Il posa ses yeux à moitié endormis sur le capitaine.
- Alors ?
- Ca aurait pu être pire mais va pas falloir qu'on foire.
- Ils nous laissent encore une chance alors ?
- Ouais. fit Stick en souriant.
Le hobbit se leva et ils descendirent le chemin. Hurt laissa tomber au sol un Eguer mou et assomé pour les suivre, se baissant au niveau de l'oreille de son capitaine.
- Donc ça veut dire qu'on va boire ce soir?
- Evidemment.
Antoinedu21
Modérateur Eolien
 
Message(s) : 1262
Inscription : 11 Août 2011, 11:53

Re: [Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

Message par yorh » 19 Sep 2013, 16:58

Kerthius se massait délicatement la tempe gauche tandis que de sa main droite il faisait doucement s'incliner son verre de vin. Il avait réchapper à une entrevue avec le capitaine Stick, ce qui n'était pas une mince affaire, et, fait qui aurait pu être le point de naissance d'une religion si les soldats du général ne le craignait pas plus que les dieux, il avait réchappé à cette entrevue sans qu'il y est au moins trois morts parmi les soldats de garde aux alentours de sa tente. Un miracle qui n'avait malheureusement pas eu lieu lors de leur dernière entrevue.

Fixant le liquide rougeâtre s'agitant dans son verre, il se posait inlassablement la même question : comment ce vétéran raté pouvait il avoir survécu à la discipline de l'armée ? et pourquoi le spiritueux qu'il contemplait n'était pas le sang de cet idiot qui courait de catastrophe en catastrophe, bien souvent en les prenant d'avance. Il pourrait le faire exécuter, là, maintenant et ne plus jamais avoir à subir les conséquences cataclysmique de ses actions. Mais c'était totalement faux, et il le savait, car même si Stick était un capitaine effroyablement mauvais et un militaire moins chevronné qu'un nouveau né, il était si mauvais qu'il en devenait un argument politique de poids. Toute recrue ayant pris conscience de qui était cet homme prenait sa discipline à deux mains et la dresser en pavois pour échapper au regard fiévreux du vétéran. Entre Kerthius l'implacable et Stick l'inconscient, ils avaient choisit qui ils préféraient choisir. Des efforts titanesques étaient déployé pour ne pas finir dans le régiment de Stick, surnommé "la Compagnie à trois pattes" à cause du vieux destrier de son capitaine, destrier armée d'une jambe de bois travaillée par un ébéniste hors pair est cachant probablement une bouteille de vin bien que cela soit totalement interdit.

Un cheval avec une jambe de bois... Foutu Stick.

Et même les autres pays redoutaient Stick, si il n'était pas un danger au point de vue militaire, il était dévastateur pour la population si jamais il s'y mêlait, et Kerthius n'était pas général pour rien. Un stratège sait tirer partie des pires éléments de son armée, si bien que même Stick avait son utilité. Bien sûr que non il n'arriverait pas à tenir ne serait ce qu'un mois sans commettre de bourde digne du Tartare, mais si les bourdes en question n'avaient pas lieu sur le territoire de l'empire, cela changeait ses actes pitoyables en actions héroïques.
Quelque remords assaillaient tout de même la conscience de Kerthius : même en tant que militaire il ne pouvait que se sentir désolé pour les citoyens qui devraient subir la garde du capitaine, mais ceci était un mal nécessaire pour l'armée, après tout Bortoug était une ville minière officiellement neutre mais fournissant d'importantes cargaisons de minerais à leurs ennemis, chose qui devait être enrayée. Il n'y avait pas de doute à avoir sur la survie de la compagnie trois pattes, son capitaine réussissait à se sortir de n’importe quelle situation, il avait même réussis à sauver sa compagnie de la noyade quand le navire légèrement trafiqué pour chavirer en haute mer qui les portait avait fait son office. D'une manière que personne ne s'expliquait, il avait réussis à persuader des ours polaires de remorquer le pont avant de l'épave à un iceberg

Et le pire, une telle calamité sur les champs de bataille serait à jamais déploré par les soldats, soldats considérant le vétéran Stick comme un horrible allié mais aussi comme un héros de guerre aux faits d'arme incroyable. Inutile de préciser que ces fameux faits d'arme tenaient tous d'une chance si démesurée que c'était à se demander si la masse de l'incompétence de Stick n'avait pas déformé l'univers de sorte à ce qu'il en devienne le centre.

Fichu, fichu Archibald Stick.

-Eguer, Je vais avoir besoin de quelqu'un pour mener Stick et ses bras cassés de larbins à bon port veuillez faire venir le soldat spécial Gorgorion.

A la prononciation de ce nom, Eguer s'évanouit pour la troisième fois de la journée.
What the hell dude ?
Avatar de l’utilisateur
yorh
Duc
 
Message(s) : 1766
Inscription : 27 Avr 2011, 19:32
Localisation : aproximativement ? pas loin...

Re: [Compagnie Stick] La compagnie à trois pattes.

Message par Antoinedu21 » 29 Sep 2013, 20:26

Réveillé par Eldris, ou Eldras, à moins que ce ne soit Eldros, bref un des Soldats Etrion, Baltimore se leva en ronchonnant.
-Quoi qu'est-ce qu'il te prend?
-Et bien nous étions censés s'occuper des préparatifs à 8 heure
-Mmmmh... il se frotta doucement les yeux, et il est quelle heure?
-11 heure
-C'est grave?
-Stick est froissé
-J'arrive.
A ces mots il bondit sur ses affaires, s'en pourvu puis sans oublié son couvre-chef suivi avec hâte Eldris... Eldras... l'Etrion vers toute la compagnie qui terminait les préparatifs au voyage.
-Trouventreux, tu te moque de moi?!
-Ah non Captain Stick, j'étais en train de... hum...
D'un coup d'épaule l'Etrion lui fit comprendre que c'était inutile de discuter d'avantage.
-... Je piquais un somme
-Bien faute avouée à moitié pardonnée
-On me réveille pour ça? vous auriez au moins pu me sermonner ça aurait rentabilisé la chose.
-Soit, c'est pas bien, allez repos va aider les autres s'ils ont besoin d'aide.
-Bien bien répondit nonchalamment le Hobbit en enfournant ses mains dans ses poches pour aller sans grande motivation à l'aide de ses camarades.
-Quant à toi Etrion tu peux vaquer on a quasiment fini il reste plus que la fête de ce soir et les préparatifs aux départs seront près.
-Vous oubliez le soldat Binocle, monsieur.
A ces mots le capitaine grogna et puis cracha.
-Dvindiou et il faut qu'on se tape un rouquin mal coiffé, allez me le chercher.

-Ça commence à bien faire! hurla une voix sépulcrale qui résonna contre les parois de la laverie
-Oh on est entre copain, et puis je te l'ai rendue non, je te la gardais juste au cas où.
Azarus arracha à la main du kender Keloptin un petit bloc de savon noir.
-En plus elle est noire cette savonnette que veux tu laver avec une savonnette noire?
-Tu n'as jamais entendu parler de savon noir?
-Elle était violette à l'achat.
-Zut à la fin.

Rompant la tension qui dominait la pièce le soldat Etrion y pénétra pour questionner ses occupants.
-Z'auriez pas vu le bleu des fois?
Sous l'épaisse capuche couvrant un vide noir opaque qu'était le Nazgul Azarus du tombeau noir se fit à nouveau entendre cette voix qui résonnait dans sa toge creuse.
-Le blanc-bec roux?
-Celui là même
-Pas vu il doit s'être perdu. Dis alors le kender qui s'était perché sur le rebord d'un lavoir.
Il reçut aussitôt une tape à l'arrière de la tête de la part du ténébreux seigneur (déchu au passage).
-Si, il est passé me voir il y a deux minutes récupérer son manteau et il est reparti assez déçu, je crois que les roux ne portent pas bien le noir.
-Oui mais il est parti où?
-Voir le Barbare parce que Stick le lui avait demandé.
-Oh non
-Quoi?
-Hurt n'aime pas les roux
-Ça je sais c'est bien pour ça que je l'ai laissé partir, parce que moi non plus.
-Je vous signale qu'il faut qu'on en prenne soin! Tu sais ce qu'on risque comme corvées! c'est des ordres d'en haut ça!
-Dommage pour ceux qui n'aiment pas les pommes de terres noires.

L'Etrion quitta avec hâte la pièce pour essayer de retrouver les morceaux du gringalet peut-être déjà éparpillés dans la cour, où il le trouva (entier) avec le Barbare un un petit homme trapu qui observa avec attention son arrivée qui se faisait de plus en plus lente.
-Foutu Gorgorion...
Antoinedu21
Modérateur Eolien
 
Message(s) : 1262
Inscription : 11 Août 2011, 11:53


Retour vers La taverne (RolePlay)

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron
© SupCraft - 2012 l L'équipe l Contact